Une fantastique soirée - Les Douze Hommes Rapaillés

12 Hommes rapaillés - Festival d'été de Québec 2011

« C’est mon affaire la terre et moi » — Miron

C’est une soirée pluvieuse qu’on annonçait, mais c’est finalement en sublime veillé poétique et rafraichissant que s’est transformé cet instant à l’intérieur du Parc de la Francophonie, où les Douze Hommes rapaillés ont complètement chaviré nos cœurs en transformant les mots de Miron en des chansons éblouissantes

Le gazon était un peu mouillé, et ça sentait comme à la campagne, mais ça n’a que rajouté à l’ambiance qui régnait sur les lieux. 

Fort d’un deuxième album sorti il y a un an, le collectif, regroupant plus 40 années d’histoire de la musique francophone en ces hommes, avait beaucoup plus de matériels à proposer aux spectateurs qu’à leur première visite à Québec. Les Lavoie, Perreau, Lambert, Léon, Cormier, Bélanger, Séguin, Rivard, Corcoran, Vallières, Flynn et enfin Faubert ont tous coché présents à cette soirée pour nous faire voyager dans le monde mielleux du défunt poète québécois Gaston Miron.

Je dois avouer que c’était la troisième fois que je voyais ces monstres de la musique réunis sur scène et il existe peu d’événements capables de me faire frissonner autant après tant de temps et d’écoute. Encore une fois, la magie des mots du grand Miron, agencée à la magnifique musique de Gilles Bélanger et la réalisation de Louis-Jean Cormier (Karkwa), a opéré. C’est l’originale chanson Corneille, interprété par Michel Faubert, qui a résonné en premier. Un coup de masse qui mettait la table pour une soirée hors de l’ordinaire.  

De plus, la formule a été revisitée et c’est la fraternité entre les chanteurs et musiciens qui devient encore plus palpable. Tout le monde a son petit moment de gloire, mais aussi, tout le monde s’entraide. L’une des nouveautés dans le spectacle est cet instant semi-acoustique et à capella. Certainement l’un des moments forts. C’est Louis-Jean Cormier qui a commencé cette partie du spectacle, seul, avec la délicieuse et poignante Au long de tes hanches et, par la suite, tous les hommes rapaillés sont venus entonner Le camarade, Nature vivante et Je t'écris pour te dire que je t'aime.

Les complexes arrangement de cordes et les subtilités musicales que chaque artiste invente sur ces planches donnaient l’impression de vivre un moment unique. Marquée par des percussions puissantes, le doigté précis et mélodieux de Cormier sur sa guitare, les innovations sonores telles que l’archet de violon sur le xylophone, les accordéons de Bélanger et Lambert puis le piano magique de François Lafontaine (Karkwa), cette grandiose performance n’a pu faire autrement que de scier les jambes de tous les spectateurs attentifs et contemplatifs… Sauf pour le gars avec le chandail jaune qui était trop soul et qui parlait très fort.

Bref, nous avons eu droit à une soirée incroyable, touchante et douce qui fut couronnée, au rappel, de l’interprétation de Parle-moi par Gilles Bélanger et de Poème dans le goût ancien (La vie s'en va) par un Pierre Flynn au sommet de son art. Des moments comme ceux-là, j’en prendrais n’importe quand.  

Dropkick Murphys

Je suis retombé en adolescence, le temps de quelques titres du groupe Dropkick Murphys. Une foule gigantesque était présente à 19 h, sous la pluie, pour venir danser au rythme du punk-celtique de cette formation provenant de Boston.

Justement, c’est aux couleurs des vainqueurs de la dernière Coupe Stanley que les membres sont apparues sur scène et Patrice Bergeron est même venu les rejoindre pour quelques instants.

C’est une prestation intense et survoltée que la bande de Ken Casey nous a crachée. Puis lorsque le groupe a joué Shipping Up to Boston, le parterre et Casey sont devenus complètement surexcités. Punchée, rapide et sincère, la performance du groupe aura certainement plus à leurs admirateurs… qui ne seront pas restés pour le reste de la carte présenté sur les Plaines. On a, en réalité, eu droit à un changement de garde et de public pour la suite des choses. 

Nico.

Publié par Nicolas Lachance  mardi 12 juillet 2011
Commentaires
Gilles Vanier 12 juillet 2011
C'était une soirée magique!
Billy 12 juillet 2011
Tellement heureux que des centaines de personnes (voire des milliers?!) ont pu avoir la chance d'assister à ce concert !!

Derniers commentaires



Catégories